Fatal cocktail pour les fœtus

10 à 10000, c’est la démultiplication de l’effet de #perturbateursendocriniens sur les testicules de fœtus, quand ces molécules sont présentes simultanément plutôt qu’isolément, selon une étude d’une équipe de l’Inserm (Institut de recherche en santé, environnement et travail) et britannique.

Les chercheurs ont élaboré des modèles de prédiction mathématiques pour des associations de 11 molécules connues comme étant des perturbateurs endocriniens, puis ont vérifié ces modèles sur des tissus de testicules de fœtus avec deux mélanges de quatre molécules et deux mélanges de huit molécules. La réduction de la production de testostérone par ces combinaisons a été multipliée par 10 à 10000, selon les molécules, en comparaison avec l’effet de la molécule seule.

C’est une nouvelle preuve de l’effet néfaste des perturbateurs endocriniens sur la fertilité. Rappelons que la densité des spermatozoïdes dans les pays industrialisés a baissé de plus de la moitié en quarante ans.

Mais c’est aussi, et peut-être surtout, la démonstration que les évaluations des effets délétères des perturbateurs endocriniens sur la santé, en général, devraient prendre en compte leur effet de synergie. Des molécules sont susceptibles d’être des milliers de fois plus nocives que ce que l’on estime aujourd’hui !

https://ehp.niehs.nih.gov/EHP1014/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s